La question des limites

18860472786_75b5e2fc9d_o
Dans un stage de Tantra, il est possible de rencontrer une de ses propres limites. Lorsque cette rencontre s’effectue dans un cadre sécurisé, c’est à dire un cadre qui favorise avec conscience le respect de la limite, cette rencontre devient un événement très signifiant, et souvent un cadeau pour la personne.
Dans nos stages nous sommes très attentifs à distinguer deux notions qui n’ont rien à voir : « je sens » et « je me dis que… ». L’une appartient au présent vivant dans le corps et l’autre est du domaine de la mémoire.
Connaitre une limite vivante, permet de se définir ici et maintenant et offre ainsi d’être à même de se déterminer.
On peut dire que le choix de franchir ou non la limite existe. Mais est-ce vraiment possible de parler de choix lorsque la sensation d’une limite est vécue dans son corps ?
Car en présence de cette sensation, la franchir ne vient que d’une volonté issue du mental ou bien d’un « réflexe » induit par la pression sociale, celle du groupe par exemple.
Or je peux me libérer de cette volonté ou de ce « réflexe » en restant dans l’écoute de ce qui se passe dans mon corps. Alors seule, surgit de mes profondeurs l’envie intuitive de respecter cette limite et dans certaines situations, de l’énoncer.
Dominique Giral & Odile Guillet – 17 juillet 2013